Archives mensuelles : mai 2010

Comment toujours dire « oui » dans une négociation – sous certaines conditions

Ou comment montrer de la flexibilité dans une négociation.

Il est très rapide et trop facile d’apporter une réponse négative à l’autre partie. Cependant, cela met immédiatement un frein à votre négociation, alors que vous étiez peut-être en train de gagner du terrain, d’avancer dans le bon sens. Ce “non” vous met au point mort au lieu de vous permettre de continuer la partie. Tout le monde se tourne vers vous, patate chaude à la main, et attend votre prochaine proposition. Dur à vivre, un grand moment de solitude…

Puis-je vous suggérer de dire “oui” mais sous certaines conditions ? Allez, un exemple. Imaginez que je vous demande de descendre les Champs-Élysées en courant, nu comme un ver… De l’arc de Triomphe à la Place de la Concorde. A coup sûr, votre première réponse serait “non !” et vous me diriez certainement que j’ai perdu la raison. Malgré le côté incongru de cette demande, prenons la sous un autre angle et étudions à quelles conditions vous pourriez accepter de relever le défi.

Premièrement, vous pourriez me réclamer une somme astronomique, et poser la condition que j’associe ce défi à une opération de levée de fonds pour une association, par exemple ; et que j’obtienne l’autorisation écrite des autorités, etc, etc… Vous n’êtes toujours pas fan de cette idée pour autant, mais vous vous dites que si vous posez des conditions aussi folles que ma demande, peut-être que la patate chaude reviendra vers moi. Je dois donc soit accepter votre contre-proposition (toute une batterie de conditions) ou faire une nouvelle proposition plus raisonnable.

Gardez à l’esprit que vous n’avez pas dit non. Vous êtes donc la personne flexible, qui joue le jeu, et moi celle qui a en main la patate chaude. Par contre, SI je suis disposée à accepter toutes vos conditions, vous avez intérêt à être 100% sûr de relever le défi…