Pâques, ses œufs, ses lapins et ses cloches

Nous sommes tous sûrs d’une chose: ce ne sont ni les lapins, ni les cloches qui pondent les œufs de Pâques. Pourtant, ce sont eux qui respectivement les distribuent le dimanche de Pâques. Étant allemande, j’ai l’habitude du lapin et de son panier en osier qui m’amène les œufs. Or, en France ce sont bien les cloches qui les sèment. Pour moi, ça « cloche » :-) Alors je me suis livrée à quelques recherches.

La tradition d’offrir des œufs remonte à l’antiquité. Déjà les égyptiens et les romains offraient des œufs peints au printemps, car ils étaient le symbole de la vie et de la renaissance.

L’église avait instauré au IVe siècle l’interdiction de manger des œufs pendant le carême. Mais les poules continuaient de pondre. Les œufs pondus depuis le début du Carême – n’ayant pas été mangés – étaient alors décorés et offerts.

De nombreuses coutumes païennes destinées à accueillir le retour du printemps se rattachent à la fête de Pâques. L’œuf est le symbole de la germination qui se produit au début du printemps et le lapin est un symbole païen qui a toujours représenté la fécondité. Voilà pourquoi ces deux-là vont de pair en Allemagne !

En revanche, en Belgique et en France, ce sont les cloches de Pâques qui apportent les œufs. Cette tradition prit naissance vers le VIIe siècle, lorsque l’église interdit de sonner les cloches en signe de deuil entre le jeudi Saint et le dimanche de Pâques. On dit qu’elles sont parties pour Rome pour faire le deuil. Et au plus grand plaisir des enfants, elles reviennent le jour de Pâques en ramenant des œufs qu’elles sèment à leur passage !

Finalement, peu importe qui nous les amène, ces petites douceurs en chocolat, caramel ou croquant. Je vous souhaite à tous des très belles fêtes de Pâques.