Une question d’attitude

Décidément, l’Italie m’inspire. Si ce ne sont pas les recettes si simples et bonnes, c’est sa capitale qui m’invite à la réflexion.

 

 

Il y a deux semaines j’étais pour la troisième fois en Italie tout près de Rome pour un déplacement professionnel. J’ai pris l’habitude de m’échapper après mon cours au centre de Rome pour me balader.

 

 

Au premier voyage, j’étais comme tout le monde – un peu perdue. Je ne me rendais pas compte des distances, je ne connaissais ni les noms des monuments, ni à quoi ils ressemblaient.

 

 

La dernière fois, à mon troisième voyage, au lieu de prendre 1 taxi, j’ai pris le train local et le métro. Au lieu de regarder – désorientée – les appellations des rues, j’avançais d’un pas décidé dans la grande direction qui m’intéressait.

 

 

J’avais l’air tellement décidée que les rabatteurs devant les restaurants ne m’interpellaient même pas pour me proposer de jeter un coup d’œil à leur carte. C’est là où je me suis rendue compte que quelque chose avait changé dans mon attitude. Enfin non. C’est mon attitude toute entière qui avait changé. C’est ce qu’on appelle dans la vie professionnelle « l’assertivité ».

 

 

Dans votre métier, comme en visitant un pays, vous êtes jugés par l’attitude que vous affichez. Si vous y allez avec aplomb, ou assertivité, vous êtes évalué comme professionnel – ou dans l’exemple comme « local » – même si vous êtes toujours aussi « perdu » !
Et si vous changiez l’attitude que vous affichez ? – Même si vos genoux flageolent, vous élevez immédiatement la perception que votre vis-à-vis a de vous en ne laissant rien paraître de votre incertitude. Au lieu d’être pris pour une touriste, vous passez pour un autochtone. Au lieu d’être traitée comme une petite organisatrice vous vous présentez comme chef de projet. (Même si vous n’en avez pas le titre, vous en imposez !)

 

 

 

Essayez ! – vous serez étonné de constater à quel point votre attitude influence la façon dont vous êtes perçu par votre entourage !
Voir également l’excellent film « Working Girl » (1988) avec Melanie Griffith qui traite ce même sujet avec beaucoup d’humour.