Archives mensuelles : juin 2013

Extraordinairement ordinaire

 

 

« Avez-vous remarqué que l’on ne vit à peu près jamais rien d’extraordinaire, au quotidien? Je veux dire par là : rarement se retrouve-t-on les bras dans les airs comme sur la photo de gauche, dans la réalité. Les expériences à couper le souffle sont rares, et les moments d’extase ne durent jamais bien longtemps.

Bras dans l'air

 

Si on cherche l’extraordinaire, on sera donc constamment déçu. Car la vie est un amalgame de petites choses. En fait, même les expériences majestueuses que l’on attend seront dans la réalité une succession de petits moments. Des moments sans prétention, qui sont simplement ce qu’ils sont, et qui nous demandent simplement d’être ce que nous sommes maintenant. Des moments qui nous «donnent le souffle», plutôt que de nous le couper abruptement. Des moments qui nous amènent non pas à élever les bras dans les airs euphoriquement, mais à nous détendre en nous-mêmes et à poser nos deux pieds sur terre complètement.

 

 

Non, la réalité n’est jamais vraiment extraordinaire. Elle est encore mieux, lorsqu’on la vit pleinement… »

 

 

Ce délicieux article vous est proposé par Marie-Pier Charron pour vous inviter de profiter de toutes « les petites choses » qui composent votre vie et particulièrement vos vacances si méritées. Je vais suivre son conseil afin de vous retrouver en pleine forme à la rentrée.  – Bonnes vacances.

 

 

 

Aimer et partager

 

Si l’on en croit les statistiques de vente, un client content d’un produit en parle à 3 personnes, un client ravi à 10. Nous faisons cela car nous voulons faire profiter nos amis de ce que nous aimons.

 

Et vous, à quels amis aimeriez vous faire plaisir en les inscrivant à la newsletter dominicale pour business(wo)men débordés ? Cliquez sur ce lien et renseignez tout simplement le prénom et l’adresse mail des amis que vous avez envie de surprendre.

 

 

Simple ou facile ?

poisson-rouge

 

« C’est pourtant simple ! » Une affirmation qui claque comme un reproche ! Ce qui est simple n’est pas forcément facile. Une contradiction? – pas du tout.

 

Il est simple de perdre du poids. Il suffit de manger moins. Est-ce pourtant facile ? – apparemment non. Ce qui fait le bonheur de tous les magazines chaque printemps.

 

Jugez un poisson rouge à sa capacité de cuire un œuf sur le plat et vous verrez bien qu’une tâche simple n’est pas forcément facile pour lui. Internet est simple d’utilisation. Pourtant beaucoup de nos aînés trouvent cela difficile.

 

Quand un enfant s’exclame « fastoche ! » il veut dire qu’une tâche lui est accessible et c’est parce qu’il a un talent pour.
Une tâche vous paraît facile parce que vous avez le talent nécessaire pour l’exécuter.

 

Je vous invite à noter mentalement tous les « fastoches » que vous prononcez. Vous aurez trouvé vos talents innés. Une fois vos talents trouvés, autant construire votre vie et votre carrière sur ces talents !

 

 

Essayez toujours !

 

 

 

avion-personnageDans un avion à l’approche de Roissy et vous entendez : “Bonjour, ici votre commandant de bord, nous allons essayer de nous poser à Roissy”… cela vous plairait ?

 


« J’essayerai d’être à l’heure » – « J’essaye de le faire avant de partir » – « Je vais essayer de faire mieux au trimestre prochain ».

 


Quand votre oreille est affutée à entendre ce petit verbe qui se glisse dans une phrase qui n’en a nullement besoin, elle décode l’incertitude, le non-engagement, l’évasion.

 


Faites l’expérience et vous verrez qu’en changeant votre discours vous changez votre attitude. Quand je dis « J’essaye de le faire avant de partir » je ne m’engage à rien. Et mon interlocuteur le sait. En revanche quand je dis « Je vais le faire avant de partir » mon propos est assertif et je suis sûre de moi. En sus, la parole est créatrice d’action ! Le fait de verbaliser ainsi et affirmer ce que je vais faire, je programme sa réalisation !

 


Je vous lance le défi d’éradiquer le verbe « essayer » de votre vocabulaire cet été !

 


Et comme Michel Zala dirait dans l’article qui m’a inspiré « L’essai est réservé pour le  Rugby ! »

 

 

Contre le vent

 

 

stopJe me souviens de cet artiste peintre dont la carrière a failli s’arrêter à cause d’une paralysie de la main droite.

 

 

Au lieu d’abandonner, il transforma son handicap en inspiration. Il se mit à peindre avec ses pieds, des ballons et d’autres objets. Il créa des images avec de la nourriture et d’autres matières. Il dit lui-même qu’il n’aurait jamais été aussi créatif sans son handicap.

 

 

Dans l’antiquité Ulysse serait inconnu, ne s’était-il pas vu coincé sur une plage au plein soleil devant les portes de la ville de Troie. De cette contrainte l’idée du fameux cheval lui est venue. Nombre d’autres auraient battu en retraite.

 

 

Beethoven, quant à lui, était presque sourd. Aurait-il composé une musique aussi magistrale sans ce handicap ?

 

 

Ces exemples montrent que la contrainte peut nous arrêter ou nous stimuler et peut-être même nous inspirer.

 

 

Henry Ford disait qu’un avion décolle toujours contre le vent. Et vous, sur quelles contraintes allez-vous vous appuyer pour décoller?
Bon vent !

 

 

Better be rich than right *

 

riche Picsous

 

Il y a négociation parce qu’il y a désaccord. Sur les prix, les délais, la couleur…

 
Le négociateur inexpérimenté cherche souvent à convaincre l’autre qu’il a tord. Il a besoin d’avoir raison parce qu’il pense que l’un des d’eux doit avoir raison et l’autre manger son chapeau.

 
« Il vaut mieux  être riche qu’avoir raison» devrait être gravé dans la mémoire de toute personne amenée à négocier régulièrement.

 
Si mon fournisseur a manqué une livraison, je peux l’accuser d’incompétence et lui expliquer comment il devrait faire son travail. Il est possible que j’aie raison mais cela ne me rend pas plus riche.

 
En revanche, si je privilégie la qualité de notre relation en faisant valoir mon droit à une compensation, je change complètement de perspective et de vocabulaire. J’exprime mon insatisfaction et je négocie une réparation dans le cadre d’une solution acceptable par les deux parties.

 
Agir de la sorte nécessite de prendre le temps de préparer nos négociations de façon à toujours bien faire la différence entre veiller à nos intérêts et vouloir avoir raison.

 
Et vous ? Avez-vous rencontré quelqu’un qui préférait avoir raison, quitte à se tirer une balle dans le pied ?

 
©Disney
* « Il vaut mieux vaut être riche qu’avoir raison»