Le prix de l’apprentissage

 

Je suis dans le RER.Tickets

 

« Tickets s’il vous plaît »

 

Je tends mon ticket avec le sourire de l’innocence. 

 

Le contrôleur me demande le justificatif du tarif réduit – ?!? 

 

Je lui réponds que j’ai acheté un carnet de 10.

 

Erreur, mon ticket indique « Tarif réduit » : il aurait fallu que je sois enfant ou étudiant. 

 

Le contrôleur me présente alors un terminal de Carte Bleue pour payer une amande de 33 euros ainsi qu’un procès verbal à garder en souvenir. Je n’avais aucun moyen de prouver que j’avais demandé un carnet de 10 ‘normal’ et qu’on m’avait vendu des tarifs réduits. 

 

J’étais vexée et humiliée, au bord des larmes. Je n’avais rien fait d’illégal et je payais l’erreur du guichetier ! Je fulminais pendant une demi-heure et une fois les émotions fortes passées, je me suis dit que j’avais perdu l’habitude de payer pour mes apprentissage. 

 

On paie en tombant pour apprendre à marcher, on paie en travaillant et en recevant  des notes parfois mauvaises pour apprendre à l’école, on paie en courbatures pour apprendre un nouveau sport . 

 

J’ai payé 33 euros pour apprendre à vérifier les billets qu’on me donne au lieu de les empocher machinalement. Finalement, mon expérience n’est pas un échec, ni une humiliation, mais le prix de mon apprentissage. Et j’avais tout simplement oublié qu’apprendre pouvait être désagréable. 

 

Si vous vivez des expériences douloureuses, pouvez-vous aussi les considérer comme le prix de votre apprentissage ?