Suffit de le dire

 

 

suffit de le direQuand ma mère parle de mon père elle loue facilement le fait qu’il soit serviable, habile de ses doigts et toujours prêt à donner un coup de main en cuisine, autour de la maison et dans le jardin. Et elle ajoute à ce compliment avec un ton résigné « Mais il faut le lui demander ! ».

 

 

Elle aimerait bien que mon père puisse lire dans ses pensées. Qu’il puisse anticiper ce dont elle a envie, ce qu’elle estime être le plus urgent, opportun ou à faire à ce moment précis.

 

 

Mon père, lui, n’a pas le don de lire dans les pensées de son épouse, même au bout de 52 ans de mariage. Et du coup leur retraite si paisible prend des allures houleuses. Une incompréhension des deux côtés. Pourtant la clé est connue des deux : « Il suffit de demander ».

 

 

Combien de fois avez-vous été frustrés parce que quelqu’un n’a pas vu, anticipé ou senti ce dont vous aviez vraiment envie ou besoin ? Frustrant, n’est-ce pas ? Pourtant, il suffit de le dire. Et le plus tôt je le dis, le moins la cocotte minute a le temps de monter en pression.

 

 

Alors ? A qui avez-vous envie de dire quelque chose cette semaine au lieu d’attendre qu’il lise vos pensées ?