Archives mensuelles : juin 2015

Frein à main

 

 

Il en va des préférences automobiles comme de la vie.

 

Il y a ceux qui aiment être en prise directe avec la machine en agissant sur les 3 pédales: le frein, l’accélérateur et l’embrayage.

 

Et puis, il y a ceux qui délèguent le plus gros à une boîte auto et se concentrent sur la route en minimisant le travail des pieds sur les pédales.

 

Frein à mainMais quelle que soit le mode de transmission, toutes les voitures ont un frein à main. On le serre et la voiture ne bouge plus.

 

Pour nous, c’est pareil. Nous serrons notre frein à main de temps à autres et rien ne bouge plus. C’est ce que nous faisons quand nous prenons des vacances. La mécanique au repos.

 

Quelques jours ou semaines plus tard, nous desserrons le frein à nouveau et repartons au volant de notre bolide (ou notre 2CV).

 

Sur ce, je vais serrer mon frein à main pour cet été et je vous retrouve à la rentrée.

 

Je vous souhaite de faire de même pour profiter pleinement des semaines estivales où que vous soyez.

 

 

Mary Poppins

 

 

Enduire les meubles de jardin avec de l’huile de teak est à peu près la dernière chose que j’ai envie de faire quand les beaux jours arrivent. Pourtant c’est à faire dès le début de l’été.

 

 

Résignée –  et armée de mon pinceau et de mon bocal d’huile – je m’attaque à la première chaise – sur huit ! Au bout de quelques lattes, je me rends compte que mon dos exposé au soleil allait gentiment bronzer. Et la conversation avec ma belle-mère allait bon train. Avant que je m’en rende compte mes meubles luisaient sous le soleil !

 

 

Mary PoppinsPendant ce temps mon subconscient m’avait invité à chantonner la chanson : « Un morceau de sucre » de Mary Poppins. Celle qui suggère que dans chaque travail, il y a une part de plaisir. Vous trouvez le plaisir et en un clin d’œil, le travail est  un jeu !

 

 

O.K. c’est un film Disney. Mais pour ma part, bronzer et tenir compagnie à ma belle-mère était suffisant pour me faire oublier que je n’aimais pas la tâche à faire.

 

 

N’est-il pas à notre portée à tous de prendre quelques secondes pour trouver un élément de plaisir pour rendre la tâche agréable ? Regarder une série en repassant. Ecouter un audio-book en conduisant, etc.

 

 

Alors ? Quel élément de plaisir pouvez-vous trouver dans vos tâches ?

 

 

Le bonheur est au bout du clic

 

 

accros à l'ordinateurLorsque je travaille devant mon ordinateur, je suis pire qu’une girouette. Au moindre « bip », au moindre message, je laisse tout tomber. Impossible de résister à la curiosité.

 

 

J’ai trouvé une explication dans un article du Magazine « Der Spiegel ». L’hypothalamus secrète de la dopamine qui est responsable de notre centre de récompense.

 

 

Si par exemple nous trouvons une actualité intéressante ou distrayante sur Facebook, nous nous sentons bien. La fois suivante, nous le consultons en anticipant le plaisir : effet dopamine.

 

 

Le moindre bip, dring ou dong déverse une dose de dopamine et nous voilà partis comme le chien de Pavlov en quête de la récompense. Nous vérifions notre boîte mail de plus en plus souvent : notre subconscient attend une chouette nouvelle et la dopamine nous rend de plus en plus accros.

 

 

Ma désintoxication a commencé par cette prise de conscience. J’ai desinstallé les notifications et je m’autorise à laisser mon portable au fond du sac lors d’un repas ou d’une réunion.

 

 

Et vous ? qu’espérez vous secrètement trouver quand vous  regardez pour la nième fois l’écran de votre téléphone en l’espace de quelques minutes ? Ne seriez vous pas un peu accro vous aussi ? Dopamine quand tu nous tiens…

 

 

La moitié égale le double

 

« Les bourrelets se sont installés !!! »  – est le cri du printemps dans bien des chaumières. Et la course à la cryothérapie, au roulé-palpé et autres suppléments alimentaires dits amincissants est lancée.

 

pizza

Pour ma part, j’ai fait une découverte intéressante. Alors que j’étais en déplacement professionnel à l’étranger,  je me suis retrouvée sans connexion internet dans un de mes restaurants favoris (italien évidemment). J’ai commandé la même salade et la même pizza que les fois précédentes. Seule différence : rien pour me distraire. Résultat: je n’ai mangé que la moitié de ma pizza. Au lieu de me faire un repas à 800 calories j’en ai fait un a 400.

 

Et le tout sans aucun effort. Tout simplement  en étant présente, non pas seulement physiquement, mais aussi  mentalement à ce que je mangeais.

 

Deux fois plus présente pour manger deux fois moins !

 

Cela me fait penser à tous les repas que je prends devant mon ordinateur en travaillant sur une proposition ou en consultant un fil d’actualité sans prêter aucune attention à ce que j’avale. J’ai mérité chacun de mes bourrelets ! Beau rappel a l’ordre de dame nature.

 

Et vous ? A quoi vous ne prêtez que la moitié de votre attention et qui en mériterait le double pour diminuer encore autre chose ?

 

 

Lorsque vous aurez trouvé, partagez-le !!