enthousiasme

Partager le bonheur

 

yes happyLa semaine dernière j’ai reçu l’appel d’un important client potentiel qui me confirmait que j’avais été retenue pour une grosse mission. L’enjeu était important et cet appel était une délivrance ainsi qu’un grand bonheur ! A peine raccroché, je dansais et chantais dans le couloir en enchaînant les « yes » « yes » « yes » le visage fendu d’un sourire d’une oreille à l’autre.

 

 

30 minutes plus tard, je ne pus m’empêcher d’envoyer un mail à mon client pour lui dire que je dansais et chantais toujours. Il me rappela le lendemain pour me dire que mon bonheur avait été tellement palpable et mon enthousiasme tellement contagieux qu’il en avait pleinement ressenti les effets.

 

 

Partager son bonheur n’est pas monnaie courante et souvent il faut un événement extraordinaire pour qu’on y pense. Annoncer une grossesse par exemple est formidable et chacun se réjouit. Le bonheur est magique; à chaque fois qu’on le partage, il grandit.

 

 

Et si nous partagions tous nos bonheurs quotidiens pour en faire une épidémie ?

 

 

 

La passion

Passion Patrick Hedlinger

 

« Nos enfants manquent de passion ». Voici le thème d’une discussion lors d’un dîner entre amis. Les opinions fusèrent sur ce qu’était la passion, si nos enfants en étaient capables, si elle était compatible avec un cadre socio-professionnel dit « normal ».

 
La passion, selon le dictionnaire, nous vient du latin « passio », signifiant  « soufffir »  ou « endurer ». La passion est une émotion intense caractérisée par un enthousiasme ou un désir envers un individu, une activité, une idée, un sujet ou un objet.

 

La question du démarrage portait sur nos enfants et leur capacité d’être passionnés pour quelque chose. Mais la question que je vous pose aujourd’hui est : qui parmi nous est encore passionné par ce qu’il fait ? Combien de personnes font des métiers, poursuivent des hobbies et autres activités qui les passionnent ? Passionnent dans le sens latin du terme : qui est capable de souffrir et d’endurer pour vivre une expérience ?

 
Les passionnés que je connais se comptent sur les doigts d’une seule main. Et vous ? Faites-vous partie de ces « lucky few » ? Et si ce n’est pas le cas, qu’est-ce qui vous empêche de vivre votre passion ?