sari

Se bonifier

 

 

Lors d’un récent voyage au Sri Lanka, j’avais régulièrement le choix entre bronzer à la plage ou visiter un temple, un centre ayurvédique ou un marché, une couturière, un vendeur de saris.

 

Plus jeune j’aurais choisi la plage pour ne pas avoir à supporter les autres, pour aller à mon rythme, ne pas devoir les attendre.

 
Ça, c’était avant !

 
Assise sur une chaise bancale dans une minuscule boutique surchauffée, je me suis amusée à regarder les copines essayer des saris de toutes les couleurs, à observer la couturière prendre les mesures de nos maris et les voir hésiter entre deux coupes. Tout était spectacle. Et je n’avais pas besoin d’en être le centre pour l’apprécier.

 
Aujourd’hui j’aime ces moments faciles. Je ne surveille plus ma montre pour voir si j’ai la part de bonheur auquel j’ai droit.

 
Nous pouvons bonifier avec l’âge en nous libérant de nos exigences.

 
Comment avez-vous envie de bonifier cette année ?